bulls

« Cette phrase des opposants à la corrida « tortura no es cultura » m’a amené à porter mon attention sur la culture espagnole et la mise à mort. Les spectacles de tauromachie m’ont interpellés. Je me suis questionné sur ce rituel impliquant un sacrifice animal. Les animaux sont doués de conscience et sont capables de ressentir les dégâts des souffrances psychologiques et physiologiques qui leur sont infligées. Un être doué d’un spectre de conscience aussi riche que le taureau ressent cette lutte à mort pour survivre, il entend la foule qui acclame et il comprend les enjeux du spectacle dont il est la victime. J’ai développé un travail à l’acrylique et en sérigraphie où le taureau prend la forme d’une allégorie, il devient ici symbole de la liberté et de la lutte. Par la suite, dans d’autres productions, j’ai tenté d’aborder cette notion de liberté perdue et du rapport à la souffrance, à la mort, dans certaines situations d’enfermement. » Jean-Noël Delettre