bord de l’eau

First part of « Portraits sensibles » project

« Portraits sensibles est un projet d’installation multimédia en collaboration avec Claude Piot. Le travail montre le premier volet Bord de l’eau une série de peintures et de vidéos réalisées à partir d’un moment particulier. En premier lieu, la série représente le corps en mouvement, ses empreintes, ses expressions, la personnalité mise en capacité d’action qui met en jeu son propre corps dans un espace de nature vierge, sans spectateur. La nudité est une rencontre naturelle avec soi et l’absence de spectateur est une libération pour certaines personnes. Elle permet de retrouver une relation à soi-même, simplement de se sentir libre. Elle peut alors retrouver les sentiments de liberté ressentis étant enfant, sans peur du regard des autres.
Ces corps deviennent, étrangement semblables aux cimes des montagnes et sont inscrites dans mon répertoire de formes, qui ont déjà guidé mes explorations artistiques, dont je peux interpréter les courbes, comme des lignes de crête et des masses en mouvement.
[…]
Ce projet a été un prétexte pour explorer l’analogie entre peinture et vidéo, matière et pixel, représentation fixe et image en mouvement teintée par une influence impressionniste. » Jean-Noël Delettre

« Bord de l’eau, is one of the sensitive portraits realized by Jean -Noël Delettre and Claude Piot. The following exhibition provides an overview of a series of paintings and video which have been made from a particular moment in Ardèche, France. This portrait, involve a woman on the bank of the river reconnecting herself to nature. She is as much actress than spectator of her own representation.
The link between the video and the painting invite the viewer to explore the process, before, during and after the making. Sharing this intimate moment with the artists, she also gives us the opportunity to think on forgotten sensations that you would like to relive again …  . » Angela Beneitez

« Habiter le paysage tant visuellement que corporellement, en venir à peindre la montagne comme l’envisager, à bras le corps sur la toile. Par une expression chaleureuse, Jean-Noël Delettre nous invite à nous rapprocher de son sujet. Lumières, matière couleur ; une vibration composée par la gestuelle : jaillissement, espace. Fort de cette relation intimiste, il s’enhardit à tenter le portrait en situation. Les corps en mouvement l’accompagnent dans cette expérience qu’il fait du monde. La rencontre est révélatrice et exploratrice. Création de réalité augmentée? » Eden Balthazar