butô

« J’ai voulu parler de la danse de Butô qu’on appelle aussi « Danse des ténèbres » ou « Danse du corps obscur » pour amorcer ma recherche du corps comme territoire d’enfermement ou de liberté.  » Jean-Noël Delettre

« Le Butô, ou « danse des ténèbres » exige une grande économie de mouvements. Jean-Noël Delettre, avec son danseur, semble malicieusement inverser les rôles.  Son interprétation nous immerge dans un univers où chacun se reflète dans l’autre.
C’est nous qui voudrions rentrer dans le monde de ce personnage, percer son intériorité qui nous désarme tant elle semble à la fois puissante et paisible. Tout nous y pousse, son regard profond et rieur, son sourire bienveillant mais néanmoins fort et énigmatique. 
À notre tour, ne nous sentons pas nous-mêmes, observés et analysés ?  » F.P.